Les astéroïdes géocroiseurs (Near Earth Asteroids en anglais), en orbite autour du Soleil, doivent leur nom au fait qu'ils évoluent au voisinage de l'orbite terrestre. Une possibilité de collision avec la Terre n'est donc pas à exclure. C'est le but de ce service pour l'environnement spatial de la Terre que de suivre les probabilités de ces événements et les risques associés.

Le premier géocroiseur 433 Eros fut découvert en 1898, depuis juin 2013 on en dénombre plus de 10000; et ce n'est pas fini puisque le taux de découverte actuel est d'environ 800 nouveaux géocroiseurs par an. Se mouvant à des vitesses de plusieurs dizaines de km/s, leur taille varie de quelques dizaines de kilomètres à quelques mètres. Cela peut entrainer des effets extrêmement variées lors d'une rencontre ou impact avec la Terre : allant d'un phénomène d'extinction massive d'espèce (fort heureusement rarissime), à un simple phénomène lumineux et sonore (totalement inoffensif). Entre ces deux extrêmes, l'événement de Tcheliabinsk (Chelyabinsk) en février 2013 - une chute d'astéroïde d'une quinzaine de mètres sur la région de l'Oural russe - rappelle la vulnérabilité des personnes et des biens par rapport à ce type de risque.